Anastasie Crimca

Anastasie Crimca était grand métropolite, éminent érudit et homme d’art, née en Suceava au milleu de XVI-e siecle, il était baptise avec le nom Elie, il était le fils d’un riche colporteur, Ioan Crimca et Cristina qui était de la même famille avec les bourgeoises Stroici.

Peu des dates sont connues de c’est hiérarque parce que pluisieures des manuscrits et des dates etaient détruites par les envahisseurs. Tous que nous pouvons faire est lyant les dates calendaristiques, les faites qui sont connues avec les element de personalite qui resoulte de son croissance de essayer de souglinier quelques traits, quelques aspects generales.

Le métropolite était choisi par Dieu pour être le conducteur de l’église de Jésus quand il était petit. Son parents les donnes une education religieuse ; son père le enseigner être courageux et patient et sa bonne mère l’enseigner d’être modeste, d’être ouvert a les beautés divines et d’aimer la religion et les gens. Les documents ne parle pas de son enfance mais quand il devienne adolescent, Luca Stroici qui connotatif beaucoup des langages le dirigent dans son éducation.

Pendant le temps de Petru Schiopu, Elie Crimca était écrivain pour la court régale et soldat parce que la croissance en Dieu le donne de courage par battre très vite les ennemis du pays. Pour sa « correcte et fidèle service » le voïvode Petru Schipoul le donne une grande parcelle près Suceava, quelle devenu plus tard le lieu de la Monastère de Dragomirna.

Parce que il n’aimait pas la vie des jeunes de sa classe sociale et parce que le plait d’enseigner, le jeune Elie Crimca choisi de devenir moine au Monastère Putna.Dans la nouvelle posture, de moine, il enseigne de la vie des saints et sans étaient fatiguer il commence de entrer dans le mystère de ces livres saintes. Avec une imagination incroyable, il commence de dessiner au Putna les textes bibliques qui sont aujourd’hui un thesaurus notionnel. La, dans la tranquillité des cellules, pendant les beaucoup des heures de patience et avec de modestie, il enseigne l’art de peinture miniaturiste et d’écrire des livres. Au Putna il apprendre l’art de la lute chrétienne et la volonté de moine. Pour cestes qualités il est fait pope et plus tard il est nomme par le voïvode abbé du Monastère Galata ou il a forme une communauté très bien développe, avec des bons enseignants qui le voit comme un père.

Apres l’entrance de Michelle le Brave en Moldavie, Anastasie Crimca est nome évêque de Radauti , et avec c’este occasion il déclare sa croissance au nouveau voïvode. Dans la déclaration adresse au voïvode il dit entre beaucoup des choses : «… je confesser que je garderai la traquillite dans l’église et ne faisait pas des choses contre elle ; disant ça, je obéis au religieux voïvode Michelle le Brave et a son fils Nicolae Voïvode, aux quelles je serais toujours fidèle de toute mon cœur et je les aimerais toute ma vie ». L’union de les trois pays était vue par Anastasie Crimca comme une grande réalisation de son peuple et après l’union a échoue, par son créations, par le ceinture avec trois brases qui apparaissant sur la façade de la grande église de Dragomirna, il a laisse un testament spirituelle a son adeptes de conserver l’unité de son peuple par la croissance dans la Sainte Trinité. Quand l’union était ecresee, Ieremia Movila a retourne dans le pays avec ses évêques qui l’accompagnent et Anastasie Crimca se retire et sises années il vive comme un moine dans sa propriété en Dragomirna. Ici, il a construit une petite église, de pierre, nomme dans les documents de ces temps l’église de l’ermitage et aujourd’hui elle est connue comme l’église de la cimetaire.

Dans le printemps de 1606, le ex évêque de Radauti revienne dans l’erarchie ecclésiastique comme évêque de Roman, et après deux années, en 1608, devienne le métropolite de la Moldavie et de la Suceava, et il était le chef de l’église pour vente années avec une courte pause dans le temps de Radu Mihnea.

Après être devenu un père spirituel, son premier souci s'assurait là a existé une foi forte à l'intérieur des monastères et dans les villages. Dans tous les monastères il a placé abbés religieux améliorés, aimables et humbles. Dans les villes et les villages il a présenté les prêtres sages et instruits afin de mener les personnes évangile vers Jésus'. Par conséquent, sous du grand la commande évêque, les monastères et les ermitages ont fleuri religieux.

En l'année 1626, l'évêque Anastasie Crimca a recueilli tous les évêques et abbés dans Suceava pour qu'un synode décide le bâtiment d'un nouveau sanctuaire.

Par ceci il a cherché à éliminer toute la trace de disobeyment à l'intérieur de l'église moldavienne et à renforcer l'église orthodoxe. L'ensemble de règles de la 20ème du septembre 1620, maintenu dans les manuscrits de Negoian, est l'un des documents les plus anciens jamais écrits dans notre pays concernant le comportement à l'intérieur d'une monastère et des droites d'église.

En l'année 1609, aidée par les mêmes deux frères Storici, Crimca élève, sous la protection de la trinité sainte la belle monastère Dragomirna, ayant en tant que célébration titulaire la descente de l'esprit saint. C'est vraiment le plus grand autel de la prière et paix de récupération jamais construit sur la terre roumaine. Au sujet de la valeur architecturale de Dragomirna qu'il est inutile de continuer à parler, il est évident. Anastasia Crimca a montré sa personnalité entière par ce travail unique, une expression de son fondateur et créateur.

Sans compter que le soin il a pris pour le salut âmes de croyants des' et pour l'adornement des églises, il évêque Anastasie Crimca a également pris soin de celui qui étaient Illinois. Après l'exemple donné par Saint Vasile le grand, qui a construit le Vasiliades, Crimca construit dans Suceava un hôpital, ainsi va bien le fondateur du premier hôpital public dans notre pays.

Anastasie Crimca a accompli beaucoup de missions diplomatiques, il a soutenu plusieurs règles du temps dans leur tentative d'eliberation le pays de dessous la puissance d'Ottoman et s'est impliqué dans les aspects politiques et sociaux de la vie dans la Moldavie.

En tant que grand évêque de Moldavie, il a construit à la monastère Saint Jeahn le nouveau un huissier d'hiver, parce que son âme a brûlé sans cesse avec amour pour Dieu. À la célébration du saint titulaire, quand les milliers de pélerins sont venus de Moldavie et de Transilvania pour prier aux reliques saintes, Anastasie Crimca, ainsi que les personnes priées chèrement, éprouvant des jours de paix et de tranquillité intenses, de confrérie chez Jésus entre tout le Roumains, est ou ouest orthodoxe des montagnes de Carpates. Sur leur dos de manière, les Roumains de Transilvania ont succédé les livres de montagnes récrits par les moines, des icônes, des crucifix et d'autres cadeaux que le bon père a offert les Roumains orthodoxes d'Ardeal et de Maramureş.

En 1621, les barbares ont envahi Suceava. Le grand évêque a pris les reliques saintes la nuit et a essayé de les cacher dans les montagnes. Mais Dieu, entendant les prières de son domestique et des larmes du peuple, par un miracle fait les reliques saintes incapables d'être emporté. Puis, le grand évêque a jugé des services spéciaux toute la nuit longs et est allé autour de la forteresse avec les reliques de saint John le nouveau, protecteur de Moldavie jusqu'aux hérétiques gauches la terre. Suceava. Le grand évêque a pris les reliques saintes la nuit et a essayé de les cacher dans les montagnes.

Après l'année 1629, l'information concernant l'activité de Crimca n'est à peine trouvée. Nous savons qu'en 1629 il se retire à Dragomirna, abandonnant sa position pendant que grand évêque et peu après, en 1631, il meurt.

La foire au visage, paisible, pendant qu'il était tout par sa vie, dans le bruit pleureuse des cloches, Anastasie Crimca a été enterrée dans le pronaos de la grande église chez le Dragomirna, Sous une pierre tombale simple, car il était humble et dévot. Nous pouvons dépeindre des manuscrits de l'église les qualités les plus nobles appartenant à ce grand hierarch de l'église moldavienne au 17ème siècle.

Noble, instruit, l'artiste, homme de culture, sensible non seulement aux valeurs traditionnelles, mais également à cette époque il a vécu dedans, l'idéologue et le politicien, qui n'ont pas hésité à mettre en danger sa propre vie et sa position pour le bien de d'autres, fondateur des écoles, l'innovateur, Crimca d'abord de tous les restes dans l'histoire des roumains comme guide, « risquant sa vie pour ses moutons ». Seulement cette manière pourrait il être exaplained que, chaque fois que il est réclamé l'aide, le grand évêque Anastasie Crimca ne refuse pas de n'accepter aucune demande, quelque.

Surtout nous, ceux qui peuvent admirer son travail de nos jours le remercient de sa protection et aident.

Muzeul mănăstirii

Locaşul plin de maiestate astfel înălţat a fost să fie înzestrat cu odoare şi podoabe demne de frumuseţea şi măreţia clădirii. Aspectul cel mai interesant în toate domniile este faptul că în spatele acestora trebuie să-l bănuim tot pe cărturarul ...

Galerie foto

Localizare